logo




Facebook

3 hours ago

RIOCM

À deux jours du budget, nous sommes ce matin en conférence de presse à l'Assemblée nationale avec la Coalition des Tables régionales d'organismes communautaires (CTROC) pour parler des conditions de travail dans le communautaire. On espère de belles surprises jeudi!

Coalition des Tables régionales d'organismes communautaires (CTROC)
Conférence de presse de la CTROC
Enquête salariale des organismes communautaires
... See MoreSee Less

View on Facebook

.

Les annonces de la semaine du RIOCM - 14 mars - https://t.co/1KycUi6Fbv

Info-mobilisation : retour sur la manifestation du 20 et bilan de la campagen Engagez-vous - https://t.co/yGPsF1UWr4

Les annonces de la semaine du RIOCM - 28 février - https://t.co/zvEWxj7uNC

Load More...

logo
14 avril 2016    

Rôle de l’État, philanthropie et politiques sociales : un débat public s’impose

Par : Marie-Chantal Locas, agente d’analyse, de formation et de liaison RIOCM

Le 14 mars dernier, Radio-Canada diffusait un reportage sur les partenariats publics philanthropiques (PPP) entre le gouvernement du Québec et la Fondation Lucie et André Chagnon (FLAC). Tout en annonçant la fin de Québec en forme en 2017 et celle d’Avenir d’enfants en 2019[1], le journaliste y dresse un bilan de cette collaboration qui avait débuté en 2007.

Dans le cas d’Avenir d’enfants, on apprend que pour les cinq premières années d’existence du programme, seulement 44% de l’argent investi s’est rendu dans les communautés. Le reste a été dépensé en salaire pour le personnel de la fondation, en frais de déplacement, en consultants et en recherche. De l’avis de la Coalition « Non aux PPP sociaux », il y a beaucoup trop d’argent qui est allé à la structure plutôt qu’aux services à la population[2].

Bien sûr, la coalition se réjouit de la fin des PPP sociaux puisqu’il s’agit là d’une des quatre revendications qu’elle porte depuis sa création en 2011. Toutefois, le gouvernement n’a pas commenté la fin des ententes et ne s’est pas engagé à ne pas en conclure de nouvelles ni à rediriger les sommes jusque-là investies dans les services publics et la mission de base des organismes communautaires. À ce propos, la coalition a interpellé les différents ministères concernés au début de l’été 2015 et n’a obtenu aucune réponse.

Avec la fin de Québec en forme et d’Avenir d’enfants, les organismes communautaires voient une importante source de financement disparaître. Ainsi, des projets qui avaient été mis sur pied dans le cadre de ces programmes prendront fin faute de soutien. Cela soulève l’enjeu de la pérennité du financement provenant des fondations philanthropiques. Dès le départ, la Coalition « Non aux PPP sociaux » avait mis de l’avant cette préoccupation. À Montréal, cette question se pose encore une fois avec l’arrivée du Projet impact collectif (PIC) de Centraide auquel la FLAC contribue financièrement.

Bien que les PPP sociaux entre le gouvernement québécois et la FLAC prennent fin, il n’y a pas eu de débat public sur le rôle que jouent les fondations au Québec. Dans un contexte d’austérité où le gouvernement multiplie les compressions dans les services publics et les programmes sociaux, les organismes communautaires voient les demandes qui leur sont adressées augmenter sans cesse, alors que leur financement stagne depuis des années. Ce faisant, la pression pour que les groupes participent aux diverses initiatives philanthropiques est de plus en plus grande. Cette situation préoccupe grandement le RIOCM qui souhaite poursuivre sa réflexion sur le sujet et demande la tenue d’un débat public réunissant tous les acteurs impliqués.


 

[1] Le partenariat Réunir Réussir a de son côté pris fin en 2015.

[2] Pour lire la réaction de la Coalition « Non aux PPP sociaux », cliquez ICI.

 

Crédit photo : 123rf/alexanderalexeev

Conception: Coopérative Molotov