logo




Facebook

4 hours ago

RIOCM
View on Facebook

.

Les annonces de la semaine du RIOCM - 16 mai - https://t.co/D1LjRO995O

Les annonces de la semaine du RIOCM - 9 mai - https://t.co/w28oiSPRRe

Les annonces de la semaine du RIOCM - 2 mai - https://t.co/wJnaverUXt

Load More...

logo
16 juillet 2014    

Partenariat entre CSSS et organismes communautaires : Le cas de Lucille-Teasdale

Marie-Chantal Locas, agente d’analyse, formation et liaison.

En février dernier, la direction du CSSS Lucille-Teasdale amorçait une série de rencontres avec une entreprise d’économie sociale et des organismes communautaires œuvrant auprès des personnes aînées présents sur son territoire, soit les quartiers Hochelaga-Maisonneuve, Mercier-Ouest et Rosemont, afin de «co-construire une organisation de soins et services de qualité, sécuritaire et reposant sur l’expérience de chacun[1] ». À court terme, l’objectif de cette démarche est de ratifier une entente de service avec l’entreprise d’économie sociale et des ententes de collaboration avec les organismes communautaires afin d’établir les modalités de services de même que les paramètres régissant le partenariat entre les différents acteurs impliqués dans l’offre de services de maintien à domicile. Commencée dans la foulée du projet de loi sur l’assurance autonomie déposé par le gouvernement du Parti québécois en décembre 2013, cette démarche s’est poursuivie malgré le déclenchement des élections printanières, l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement libéral et l’abandon du projet de l’ancien ministre Hébert dans le budget du 4 juin.

Le transfert de certains services de maintien à domicile du réseau public vers le milieu communautaire et l’économie sociale soulève plusieurs questionnements non seulement pour le milieu communautaire, mais aussi pour la population en générale. En plus des enjeux reliés au respect de l’autonomie des organismes communautaires et aux ententes conclues entre ceux-ci et les CSSS, la situation actuelle pose le problème de la privatisation accrue du réseau de la santé et des services sociaux ainsi que le problème de l’accessibilité et de la qualité des services offerts.

Dans un contexte où le gouvernement libéral veut nous faire entrer dans une nouvelle ère d’austérité, le milieu communautaire craint de devoir pallier le désengagement de l’État en se substituant aux services publics. En effet, l’idée que le milieu communautaire doive agir à titre de renfort étant donné les compressions budgétaires annoncées dans le réseau public suscite plusieurs inquiétudes. Les organismes communautaires autonomes, dont 500 œuvrent dans le secteur du soutien à domicile un peu partout au Québec, ne sont pas des guichets de services à prix modiques, mais plutôt des lieux de participation citoyenne ayant pour but de favoriser le développement social et de répondre aux besoins de la communauté qui les a mis sur pied.

Au CSSS Lucille-Teasdale, la direction ne cache pas que le recours au milieu communautaire et à l’économie sociale pour assurer une plus grande part de l’offre de services de maintien à domicile répond à des impératifs budgétaires. Le fait de négocier des ententes de collaboration avec les organismes communautaires, dans le cadre desquelles il n’y a pas de sommes allouées pour les services dispensés, s’inscrit donc dans une volonté de réduire les dépenses publiques et d’orienter la mission des OCASSS en fonction des besoins du CSSS. Ici, il est donc nécessaire de rappeler que toute forme de partenariat entre les organismes communautaires et le réseau public de la santé et des services sociaux doit se faire sur une base volontaire.

En effet, tous les organismes sont libres de signer ou non une entente avec un CSSS et ce dernier ne doit pas tenir rigueur à un groupe qui refuserait de s’engager dans une telle procédure dont découlent des responsabilités légales puisque l’État est le seul qui peut être blâmé pour l’absence ou le manque de services à la population sur un territoire donné. Bien que les organismes communautaires constituent des partenaires importants des CSSS depuis longtemps, il faut éviter que ceux-ci se délestent de leurs responsabilités vers un milieu qui peine déjà à répondre à la demande.

 

 

[1] Daniel Corbeil, « Mot du directeur général », Trait d’union avec la communauté, avril 2014.

Conception: Coopérative Molotov