logo




Facebook

2 days ago

RIOCM

Les annonces de la semaine du RIOCM - 16 mai - mailchi.mp/riocm/annonces20182019-1004555 ... See MoreSee Less

View on Facebook

.

Les annonces de la semaine du RIOCM - 16 mai - https://t.co/D1LjRO995O

Les annonces de la semaine du RIOCM - 9 mai - https://t.co/w28oiSPRRe

Les annonces de la semaine du RIOCM - 2 mai - https://t.co/wJnaverUXt

Load More...

logo
2 décembre 2016    

Lancement de la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles

Par Marie-Chantal Locas, agente d’analyse de formation et de liaison – RIOCM

Attendue depuis trois ans, la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles a finalement été dévoilée le 28 octobre dernier par la vice-première ministre et ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault. Bien qu’on ait annoncé un budget de 200 millions $ sur cinq ans pour financer cette stratégie, les nouveaux investissements ne représentent que 26 millions $ annuellement, ce qui signifie que dans la plupart des cas, il s’agira de mesures existantes qui seront tout simplement reconduites.

L’objectif de cette stratégie est de « mieux soutenir les victimes de violences sexuelles dans leurs démarches de dévoilement et de dénonciation » et de favoriser « la répression de la criminalité associé à ce type de violence »[1]. Les nouvelles mesures annoncées auront notamment pour but d’adapter le système judiciaire aux réalités des victimes et d’offrir à celles-ci un meilleur soutien psychologique et social. Par exemple, le recours au télé-témoignage sera étendu pour les victimes d’agressions sexuelles. De plus, des plans de formation pour les intervenant-e-s, de la documentation et des outils d’information et de sensibilisation sont prévus pour répondre aux besoins spécifiques de la communauté LGBT. Enfin, une escouade policière intégrée de lutte contre l’exploitation sexuelle sera mise sur pied.

Les attentes envers la stratégie dévoilée par le gouvernement en octobre étaient élevées. Bien que celle-ci ait été accueillie de manière positive, les déceptions sont nombreuses. Le premier constat est que les fonds octroyés pour le déploiement des mesures annoncées sont insuffisants compte tenu des compressions budgétaires des dernières années. Par exemple, les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) souffrent d’un sous-financement chronique et la ministre Thériault n’a pas été en mesure de dire quelles ressources seront mises à leur disposition. Enfin, plusieurs ont déploré que l’accent ne soit pas davantage mis sur la prévention. En effet, les cours d’éducation sexuelle sont les grands absents de cette stratégie.

[1] http://www.scf.gouv.qc.ca/index.php?id=74&no_cache=1&tx_ttnews%5Btt_news%5D=708&cHash=3d8f416755b843d85fa0138cf3e09b11

Conception: Coopérative Molotov