logo

.

Les annonces de la semaine du RIOCM - 23 mai - https://t.co/FPN9ikqTRi

Les annonces de la semaine du RIOCM - 16 mai - https://t.co/D1LjRO995O

Les annonces de la semaine du RIOCM - 9 mai - https://t.co/w28oiSPRRe

Load More...

logo
18 mars 2014    

Éditorial : Pour une véritable solidarité durable

par Sébastien Rivard, coordonnateur

 

Avec la récente annonce du plan gouvernemental La solidarité, une richesse pour le Québec le gouvernement a introduit un nouveau concept, celui de la solidarité durable. Le plan contient des mesures qui s’adressent directement aux personnes, certaines aux organismes et aussi des mesures pour préparer l’avenir.

Le gouvernement prétend que ce plan permettra de réduire la pauvreté persistante au Québec, mais il n’augmente l’aide sociale que de 20$ par mois la première année, et seulement chez les personnes assistées sociales seules, habitant un logement privé, créant une nouvelle catégorie dans le programme. Cette mesure est nettement insuffisante pour réduire la pauvreté, qui touche toutes les personnes à l’aide sociale, mais aussi 20% de la population du Québec vivant sous le seuil de faible revenu. Dans une région comme Montréal, c’est encore plus criant, avec près de quatre personnes sur dix.

Depuis quelques années, on constate un virage important dans les politiques sociales au Québec, qui se reflète dans une série de nouveaux programmes publics et privés, dont le développement de la Fondation Chagnon, l’approche territoriale intégrée en lutte à la pauvreté et l’appel au développement de l’entreprenariat social. Au lieu de consolider le filet social et les politiques publiques, on demande aux communautés de se responsabiliser pour les problèmes sociaux. C’est une forme d’américanisation, un pays où l’État a très peu de rôle à jouer et où la philanthropie et le privé sont rois.

En choisissant de mieux soutenir les organismes communautaires, le gouvernement fait le choix de soutenir davantage les gens qui aident. De nouveaux investissements dans le communautaire apporteront bien sûr un baume aux milliers d’organismes sous-financés, mais est-ce qu’on fera véritablement reculer la pauvreté ainsi? On peut en douter.

L’Institut du nouveau monde publie aujourd’hui un rapport sur une vaste consultation sur les inégalités sociales au Québec. Les résultats sont clairs : la très grande majorité des Québécoises et Québécois sont en faveur d’une réduction des inégalités et privilégient les politiques publiques comme principal moyen d’y arriver. Sans une réduction importante des inégalités et une fiscalité qui permet de mieux répartir les richesses, la pauvreté persistera et la solidarité durable demeurera un concept de communication.

Conception: Coopérative Molotov